Alternate Comix

Alternate Comix , l'univers des comics en fan fic!
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 #05 : Wakanda part 2/3 : Legacy

Aller en bas 
AuteurMessage
Editor in chief.
Editeur.
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: #05 : Wakanda part 2/3 : Legacy   2007-06-13, 20:02

Alternate X-Men #05 : Wakanda part 2/3 : Legacy
Par Mil K



Le docteur Moira Mac Taggert essayait désespérément de contenir ses envies de pleurer et de vomir dans sa combinaison, alors qu'elle examinait l'un des cent cinquante trois cadavres mutants découverts ce matin même dans le camp de malades situé un peu à l'est de Bashenga, capitale du Wakanda. Avec elle se trouvaient quatre autres médecins, ainsi que quatre membres de l'X‑Corporation : Forge, Domino, Diablo et Mystique. Forge était en liaison constante avec son chef d'équipe, Erik, qui se trouvait dans le palais en compagnie de Charles et de Warren.
- J'ai beau parcourir la zone avec le scanner, Erik, je ne trouve rien. Aucune des personnes se trouvant dans le camp n'a survécu.
- Et concernant les causes du décès ? Demanda Erik. Est-ce que Moira a une hypothèse sur la cause de la mort ?
- Selon elle, le décès dû à l'épidémie est à écarter. Les seuls morts du pays sont dans ce camp. Ça ne peut pas être un accident.
- Très bien, Forge. Je vais voir ce que décide le professeur. Recontacte-moi dès que tu as du nouveau. Polaris, terminé.
Il raccrocha et alla voir Charles dans sa chambre. Depuis qu'il avait appris la nouvelle, ce dernier n'avait plus bougé de son lit. Warren avait tout essayé, rien ne se passait, il restait allongé, les yeux fixés au plafond, sans rien dire. Erik s'assit sur le bord du lit.
- Moira est arrivée sur les lieux, Charles… elle va très rapidement trouver ce qui s'est passé…
- Cain était là bas, Erik…
- Warren m'a raconté ce qui s'est passé hier entre vous deux. On n'est pas sur qu'il soit allé dans ce camp…
- Si il avait été ailleurs, il serait revenu à l'heure qu'il est pour s'assurer que j'allais bien… non Erik… mon frère est mort cette nuit… tout ce qu'il me restait comme famille a disparu…
- Charles… les autres attendent pour savoir ce que tu comptes faire. Il faut que tu fasses une déclaration en tant que porte parole des mutants…
- J'aimerais rester seul, s'il te plait, Erik…

Ne trouvant rien d'autre à dire, Erik laissa son ami et sortit de la chambre. Warren était dans la pièce d'à coté, en train de regarder les informations à la télévision.
- Du changement ? Demanda ce dernier.
- Pas vraiment, répondit Erik. Il reste toujours effondré par la perte de son frère. Mais il faut qu'il s'en remette vite pour faire une déclaration au reste du monde…
- Ça ne sera peut-être pas utile… je viens de regarder les infos, tout le monde a les yeux tournés vers ce qu'il se passe en ce moment à Gotham City. Personne ne se soucie de la mort de cent cinquante mutants en Afrique du sud…

Le téléphone sonna à nouveau. Erik décrocha, c'était Forge.
- J'ai deux nouvelles : la première, on a trouvé un cadavre différent des autres. Il n'a vraisemblablement pas été tué comme les autres, mais par des coups de poing extrêmement puissants.
- Cain ?
- C'est fort probable. Il n'avait pas de papiers sur lui, mais on doit pouvoir l'identifier avec ce qu'il reste de son visage.
- Envoie une photo à l'Œil immédiatement, je veux savoir qui est ce type.
- C'est déjà fait. Deuxième chose : par un coup de bol incroyable, Domino a trouvé des traces de trois personnes s'éloignant du camp vers la forêt vierge. On pourra peut-être savoir ce qui s'est passé si on retrouve ces personnes.
- Ok, Domino et toi, vous partez à la recherche des ces trois types. Dis à Diablo et à Mystique de rentrer au palais, j'ai besoin d'eux tout de suite.
Entendu. Forge, terminé.

Erik raccrocha, et attendit la question que Warren n'allait pas manquer de lui poser : pourquoi avoir besoin de Diablo et Mystique ici. Mais elle ne vint pas.
- Je viens avec vous régler leur compte aux hommes de Stryker, déclara Warren.
- Je n'ai pas demandé qu'ils viennent pour mener une action offensive.
- Erik, ouvre un peu les yeux : cent cinquante mutants morts en une seule nuit, dans un petit coin que personne ne regarde ! C'est une déclaration de guerre ! Et toi et moi savons très bien qui nous l'a déclarée.
- Nous n'avons aucune preuve que Stryker est derrière tout ça.
- Et tu vas sagement attendre qu'il frappe à nouveau avant de réagir comme il faut ?
- Je veux avoir la certitude que c'est Styker qui est derrière ce massacre avant de frapper. Crois-moi Warren, je veux la peau de ces types autant que toi ! Mais nous sommes dans une situation très délicate, ce n'est pas le moment de faire de faux pas.

Cain reprit peu à peu conscience. Ses paupières étaient lourdes, chaque muscle de son corps lui faisait affreusement mal. Tout était flou autour de lui. Il se sentait porté de chaque coté, et avait la sensation de marcher sur de la terre humide.
Petit à petit, ses souvenirs revinrent. Il était dans une des tentes du camp de malades mutants. Un groupe d'hommes est entré, armé d'objets ressemblant à des pistolets à désherbants. Ils avaient commencé à asperger tout le monde d'un nuage verdâtre, et chaque malade entrant en contact avec ce gaz se mettait à hurler de douleur. Cain s'était immédiatement jeté sur l'homme de tête, mais ce dernier l'avait aspergé avant qu'il n'arrive au corps à corps. Tout avait commencé à se brouiller autour de lui. Mais il ne soufrait pas, il était juste affaibli. C'était probablement son pouvoir de mutant qui lui permettait cela. Cain avait réussi à arriver jusqu'à l'homme, et l'avait roué de coups. Puis ce fut le noir total.
La sensation de fatigue l'envahissait de plus en plus à présent qu'il s'était réveillé. Sa tête commençait à tourner. Il essaya de se tenir sur ses pieds, afin que ses porteurs arrêtent de le tirer. Peine perdue. Il était de plus en plus faible. Cain sentit au fond de lui-même qu'il allait mourir bientôt, sans rien pouvoir faire.
- N'essaie pas de lutter, mon ami, dit l'un de ses deux porteurs. Bientôt tes douleurs prendront fin.
- Nous t'avons vu à l'œuvre, dit l'autre porteur. Tu es l'élu de Cyttorak qui va libérer les opprimés du joug des puissants. Mais Cyttorak n'a pas encore fini de te former.
- Et nous allons remédier à ça.

Neuf heures s'étaient écoulées depuis que les cadavres avaient été découverts. Au palais, T'Challa avait convoqué une assemblée en urgence pour tenter de gérer la crise, car la population commençait à s'affoler. Parmi les personnes présentes se trouvaient également Ororo, Warren et un certain docteur Surresh, qui supervisait les camps de soins de Stryker. La situation était des plus tendues.
- Monsieur Surresh, expliquait T'Challa. Il ne s'agit plus maintenant de savoir qui sera en mesure de travailler ou non. Il s'agit de décider qui dans mon pays peut vivre ou devra mourir. La situation a changé.
- Exactement, répondit Surresh. La situation a changé, des gens sont morts, et nous ne savons pas si ces décès sont liés à la maladie que nous traitons ou non. Je ne peux pas prendre le risque d'exposer les personnes à mon service à un danger mortel sans l'avoir évalué au préalable.
- Les personnes mortes cette nuit sont celles n'ayant reçu aucun traitement depuis le début de l'épidémie, répliqua Warren. Bien sur que les décès sont liés à l'épidémie !
- Nous n'en avons pas la certitude à cent pourcents, monsieur Worthington. Et nous ne savons pas s'il y a risque de décès pour les soigneurs. Tant que nous n'auront pas ces informations, je ne risquerai pas la vie de mon personnel pour aller soigner les votres ! Les mutants restent entre eux et n'on qu'à trouver eux même une solution en attendant notre éventuelle intervention !

Warren ne put en tolérer d'avantage. Il se jeta sur le docteur Surresh et le fit basculer en arrière. A peine avait il touché le sol qu'Angel commençait à l'étrangler. Le docteur se débattait tant qu'il pouvait, mais il ne parvenait pas à faire lâcher prise. T'Challa, Ororo et deux autres conseillers du roi s'élancèrent aussitôt pour les séparer. Ororo pris Warren par les épaules et le tira en arrière, tandis que T'Challa essayait de desserrer son emprise, mais rien n'y faisait, Warren ne bougeait pas. Surresh était sur le point de perdre connaissance, quand T'Challa se releva, se tourna vers Warren, et lui asséna un puissant crochet à la mâchoire, ce qui lui fit lâcher prise.
- Ce n'est pas parce que cet homme est prêt à tuer vos semblables que vous avez le droit d'en faire de même pour lui dans mon palais, monsieur Worthington ! Comportez vous en être civilisé ou bien sortez d'ici immédiatement.

Warren fixa T'Challa, soutenant son regard. Puis il se releva, et posa les yeux sur le docteur Surresh, qui reprenait péniblement sa respiration. Il ne dit pas un mot, mais l'expression de son visage parlait pour lui : il ne s'excuserait pas de ce qu'il avait tenté de faire. Il alla se rassoir à sa place, dans le silence le plus total.

Domino et Forge suivaient les traces laissées par les trois hommes dans le camp de mutants depuis quatre bonnes heures. Ils s'étaient enfoncés de plus en plus profond dans la forêt, et la piste devenait de plus en plus difficile à suivre. Malgré les talents de pisteurs de Domino, et sa chance naturelle, ils finirent par perdre les traces du passage de leurs prédécesseurs.
- Je crois qu'ici finit la chance que nous avions de savoir un jour ce qu'il s'est passé au camp, dit Forge, résigné.
- Les traces étaient de plus en plus fraiches, on était en train de les rattraper ! La barbe !
- Rentrons au camp. Peut-être que le docteur Mac Taggert aura eu plus de chance que nous.
- Attends, Forge… tu n'entends rien ?

En effet, un chant lointain leur parvenait aux oreilles. Ils réussirent tant bien que mal à découvrir sa provenance. Il émanait d'un temps très ancien, abandonné depuis longtemps à première vue, dissimulé derrière une épaisse végétation. Devant l'entrée se dressait la statue d'un véritable colosse recouvert d'une armure imposante et terrifiante.
Allons voir, dit Domino.

Le camp de soins du révérend Stryker comptait plus d'une centaine d'aides soignants. Ils étaient suffisamment nombreux pour ne pas prêter attention à un membre du personnel qu'ils n'avaient à priori jamais croisé auparavant, même si ils étaient tous là depuis des mois. Mystique comptait justement sur cette indifférence. Sous l'apparence d'une jeune femme d'une vingtaine d'années, elle entra calmement dans l'entrepôt qui leur servait de camp de base. La première chose anormale qu'elle remarqua fut la présence d'un nombre élevé de gardes armés. Les camps de médecins attiraient toujours les pillards et nécessitaient par conséquent le soutien de quelques soldats, mais ici ils étaient suffisamment nombreux pour résister face à une armée entière.
Elle remarqua également une porte étroitement gardée, un peu à l'écart des tentes de soins. Un homme en sortait justement, saluant les gardes au passage. Mystique attendit qu'il se soit éloigné, pris son apparence et se présenta devant la porte, prétextant l'oubli d'un document. Une fois les gardes passés, elle se retrouva dans un laboratoire d'une vingtaine de mètres carrés, contenant divers matériels d'analyse chimique. En son centre, sur une table d'opération, un cadavre d'apparence similaire à ceux trouvés dans le camp de mutants était à moitié disséqué.
Mystique s'approcha de l'ordinateur et commença à fouiller dans le disque dur. Elle trouva rapidement le dossier qu'elle redoutait. Un fichier intitulé "Virus LEGACY", retraçant l'ensemble des tests et échecs d'une équipe de médecins cherchant à créer une arme.
- Satisfait de votre recherche ? Fit une voix derrière elle.
Tellement absorbée par la lecture du fichier, elle n'avait pas entendu l'homme entrer. Sans avoir eu le temps de faire un seul mouvement, Mystique reçu une puissante rafale d'énergie, et sombra dans l'inconscience.

Erik tournait en rond dans sa chambre, inquiet de toute cette situation et du manque de réaction de son ami Charles. Diablo, quant-à lui, était suspendu par la queue à la lampe de plafond, la tête en bas. Le téléphone sonna.
- Allo, fit Erik en décrochant.
- Ici Scott. J'ai fini la recherche. La personne à identifier se nomme Erwald Kracher. C'est un employé de la compagnie de Stryker depuis quatre ans.
C'est donc bien Stryker qui est derrière tout ça. Merci Scott, je te recontacte plus tard.
Il raccrocha et alluma son comlink pour avertir Mystique. Pas de réponse.
- Mystique a des problèmes. Il faut qu'on…
Une légère explosion se fit entendre du plafond, accompagnée d'une odeur de souffre. Diablo était parti à son secours, seul. Erik voulut se lancer à sa suite, lorsque la porte de la chambre s'ouvrit et l'un des conseillers du roi entra, essoufflé.
- Venez-vite ! Dans la salle du trône… monsieur Worthington et madame Ororo ont soudain perdu connaissance ! Ils respirent difficilement et sont brulants de fièvre !

Quelque peu dépassé par les événements qui venaient d se produire durant ces quinze dernières secondes, Erik resta planté au milieu de la pièce, ne sachant comment réagir. Une voix familière lui fit sortir de cet état.
- Va aider Kurt, Erik. Je me charge de Warren et de madame Ororo.
- Charles !
Le professeur se tenait debout, l'air déterminé à faire cesser le massacre.
- Va au camp de Stryker, trouve les responsables, et fais les regretter d'avoir osé faire ce qu'ils ont fait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#05 : Wakanda part 2/3 : Legacy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Papiers pour faire-part.
» Pourquoi Aizen veut les pouvoirs d'inoue(a part pour soigné)
» GROSSE ERREUR de ma part ! HELP me plz ! :(
» faire part de mariage
» [Gavalda, Anna] Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternate Comix :: Heroes of Alternate Comix :: X-Men-
Sauter vers: